PARTAGER

ÉTUDE DE CAS |NIGERIA : ENLEVEMENTS DE MASSE D’ELEVES

Le 11 décembre 2020, des combattants de Boko Haram ont attaqué le lycée scientifique public de Kankara, enlevant plus de 300 élèves de sexe masculin.[1] L’organisation terroriste a revendiqué l’attaque en invoquant l’opposition de Boko Haram à l’éducation à la manière occidentale. Le 18 décembre, l’armée nigériane a libéré les élèves enlevés. Le gouverneur de l’État nigérian de Katsina, Aminu Masarithe, a affirmé qu’aucune rançon n’avait été payée.[2]

Le 17 février 2021, des hommes armés portant des uniformes militaires sont entrés dans le lycée scientifique public de Kagara, chef-lieu du secteur de Rafi, dans l’État de Niger, enlevant 27 personnes, dont des enseignants, des élèves, et des membres de leurs familles[3] Les otages ont été libérés le 27 février.

Le 26 février 2021, environ 300 jeunes filles ont été enlevées dans un pensionnat public de la ville de Jangebe. Selon des sources locales, « environ 20 motos sont arrivées, et les jeunes filles ont été emmenées dans la forêt. »[4] Les jeunes filles ont été libérées le 2 mars. Le gouverneur de l’État de Zamfara, Bello Matawalle, a nié avoir payé une rançon, mais plus tard, le Président Buhari « a admis que, dans le passé, les gouvernements de l’État avaient payé les ravisseurs avec de l’argent et des véhicules, et les avait exhortés à revoir leur politique ».[5]

L’attaque la plus récente, le troisième enlèvement massif d’élèves en trois mois, fait grimper à plus de 600 le nombre total de personnes enlevées depuis décembre 2020.[6] Les autorités de l’État ne pensent pas que la motivation djihadiste soit un élément majeur de ces enlèvements. Selon leurs déclarations, les attaques contre les écoles dans le nord-ouest « ont été menées par des “bandits”, un terme vague pour désigner les ravisseurs, voleurs à main armée, voleurs de bétail, éleveurs peuls et autres miliciens armés[7] », principalement à des fins financières. Pourtant, certains observateurs notent que la multiplication des enlèvements de masse indique une coopération entre Boko Haram et les miliciens peuls, et qu’en fait, ces attaques ont une composante religieuse profonde.[8]  Le sultan de Sokoto a déclaré : « Ne vous y trompez pas, l’enlèvement est un exemple classique du fondement philosophique de Boko Haram selon lequel l’éducation occidentale est interdite. C’est pourquoi ils ciblent toujours les internats, en particulier les écoles de sciences, considérées comme propageant une pédagogie athée ».[9]

 

SOURCES

[1] “Nigeria's Katsina school abduction: Boko Haram says it took the students,” BBC News, 15th December 2020, https://www.bbc.com/news/world-africa-55295701

[2] "Nigeria school abduction: Hundreds of girls released by gunmen", BBC News, 3rd March 2021; https://www.bbc.com/news/world-africa-56249626

[3] "Gunmen Attack School, Abduct Students, Others In Niger", Live TV News, 17th February 2020; https://www.channelstv.com/2021/02/17/gunmen-attack-niger-school-kill-one-student-abduct-others/

[4] "Hundreds of schoolgirls abducted in Nigeria, government official says", CNN, 17th February 2021, https://edition.cnn.com/2021/02/26/africa/schoolgirls-abducted-nigeria-intl/index.html

[5] "Nigeria school abduction: Hundreds of girls released by gunmen" op., cit.

[6] "Nigeria's school abductions: Why children are being targeted", BBC News, 2nd March 2021; https://www.bbc.com/news/world-africa-56212645

[7] Ibid.

[8] "More Nigerian Schoolgirls Kidnapped while a Christian Pastor Pleads for His Life", Family Research Council, 1st March 2021, https://frcblog.com/2021/03/more-nigerian-schoolgirls-kidnapped-while-christian-pastor-pleads-his-life/

[9] Ibid.