PARTAGER

FICHE D’INFORMATION |COVID-19: L’IMPACT SUR LA LIBERTÉ RELIGIEUSE DANS LE MONDE

Par Maria Lozano

« Les exigences pour contenir la diffusion du virus ont aussi eu des conséquences sur diverses libertés fondamentales, y compris la liberté religieuse, en limitant le culte et les activités éducatives et caritatives des communautés de foi. Il ne faut pas négliger cependant le fait que la dimension religieuse constitue un aspect fondamental de la personnalité humaine et de la société, qui ne peut être effacé ; et que, alors que l’on cherche à protéger les vies humaines de la diffusion du virus, on ne peut considérer la dimension spirituelle et morale de la personne comme secondaire par rapport à la santé physique ».[1]

Pape François

 

Aucun événement de l’histoire moderne n’a affecté la vie de la population mondiale de manière aussi significative et universelle que la pandémie de Covid-19. Sans distinction de race, de couleur de peau ou de croyance, la pandémie a déchiré les systèmes de santé publique et bouleversé la gouvernance autant que les pratiques traditionnelles de l’économie mondiale, avec de profondes implications pour les droits de l’homme, dont celui de la liberté religieuse. L’impact de la maladie a non seulement révélé des faiblesses sociétales sous-jacentes, mais aussi, dans de nombreuses régions du monde, exacerbé les fragilités existantes, causées par la pauvreté, la corruption et des structures étatiques vulnérables.

Plusieurs gouvernements africains, dépassés par les défis posés par cette pandémie dévastatrice, ont redéployé leurs forces militaires et de sécurité pour répondre aux besoins de santé de l’ensemble de la population.[2] Des groupes terroristes et djihadistes ont profité de la « distraction » du gouvernement, en particulier au cours des premiers mois, pour accroître leurs attaques violentes et renforcer leurs acquis territoriaux.[3] La pandémie a également été utilisée par les groupes extrémistes pour recruter de nouveaux membres. De nombreuses publications de propagande sur Internet d’Al-Qaïda, Daesh (État Islamique) et Boko Haram[4] ont décrit le Covid-19 comme une punition de Dieu pour « l’Occident décadent », promis l’immunité contre le virus, et assuré une place au paradis pour les djihadistes.[5] Dans toute la région du Sahel[6] - Mali, Burkina Faso[7], Niger, Nigeria - ainsi que dans la région de Cabo Delgado, dans le nord du Mozambique, les islamistes ont réorganisé, réarmé et renforcé les structures et alliances existantes – ou en ont créées de nouvelles.

Les régimes particulièrement autoritaires, comme la Chine, ont utilisé l’épidémie pour imposer de plus grandes restrictions à la pratique religieuse et fermer les sites web diffusant des offices religieux.[8]

La pandémie de Covid-19 a entraîné non seulement une crise sanitaire mondiale, mais aussi une récession économique mondiale. La peur et l’incertitude liées à l’infection, et la frustration face aux blocages répétés, ont déclenché des troubles sociaux et des attaques au vitriol, en particulier sur les médias sociaux, visant des boucs émissaires, qu’ils soient raciaux ou religieux. Des théories du complot ont proliféré en ligne, alléguant que les juifs avaient causé l’épidémie.[9]En Inde, des allégations ont été portées contre les minorités musulmanes[10], tandis que dans plusieurs pays tels que la Chine[11], le Niger[12], la Turquie[13] , et l’Égypte, la pandémie a été reprochée aux chrétiens.[14] Les préjugés sociétaux préexistants à l’encontre des communautés religieuses ont également conduit à une discrimination accrue allant jusqu'au refus de donner accès à l’aide médicale et alimentaire. Par exemple au Pakistan, les organisations caritatives musulmanes « ont refusé l’aide alimentaire et les kits d’urgence aux chrétiens et aux membres des communautés minoritaires ».[15]

D’autre part, la pandémie a inspiré des exemples positifs de soutien mutuel entre groupes religieux. Au Cameroun, des milliers de musulmans se sont joints aux chrétiens pour les prières du jour de Noël demandant la fin de la pandémie et la paix.[16] Au Bangladesh, où, en raison des craintes d’infection, les groupes religieux minoritaires n’ont pas été en mesure d’offrir les derniers rites aux familles des défunts, une organisation caritative islamique a enterré non seulement les victimes musulmanes du Covid-19, mais aussi hindoues et chrétiennes.[17] À Chypre, où les restrictions à la frontière empêchaient les chrétiens et les musulmans d’aller sur leurs sites religieux respectifs, plusieurs musulmans chypriotes turcs ont prié sur la tombe de l’apôtre Barnabé, le saint patron de Chypre, en signe de bonne volonté et de respect envers les chrétiens qui ne pouvaient s’y rendre.[18] Enfin, pour signaler un cas de réponse positive d’un État, le gouvernement communiste cubain a autorisé pour la première fois une diffusion du Chemin de Croix avec le pape François et des liturgies de Pâques à la télévision nationale.[19]

La réaction des gouvernements à l’urgence médicale a profondément affecté les droits fondamentaux de l’homme, y compris le droit à la liberté de réunion et à la liberté religieuse, déclenchant des débats sur les implications des décisions politiques prises. La difficulté d’évaluer dans quelle mesure le droit à la liberté religieuse a été menacé universellement est due au fait que les différents pays, et parfois les différentes régions, ont réagi différemment à cet événement mondial.

Il est évident que le monde est confronté à une situation d’urgence qui était imprévisible, et que les dirigeants mondiaux ont été appelés à prendre des mesures extraordinaires, improvisant avec des législations non vérifiées, à mesure que la situation se détériorait. Toutefois, dans ce contexte, il est également clair qu’il y a eu des cas d’abus et d’atteintes à la liberté religieuse, en partie en raison d’une application disproportionnée des restrictions entre activités religieuses et activités commerciales, ainsi que de l’agressivité de la police et de l’armée dans la lutte contre les violations des restrictions liées aux pratiques religieuses.

Des exemples de disproportion ont été mis en évidence par la comparaison des règles appliquées dans certains États des États-Unis[20] et en Espagne[21], où la fréquentation des offices religieux était très restreinte, tandis que les centres commerciaux ou de loisirs étaient autorisés à accepter un plus grand nombre de participants. En outre, malgré les appels effectués devant des tribunaux à propos de ces contradictions, dans certains cas les règlements n’ont pas été modifiés et aucune raison n’a été donnée pour justifier les décisions prises (voir les rapports sur ces pays). Pour donner des exemples d’interventions agressives en matière de sécurité, des incidents se sont produits lorsque les limites à la participation aux cérémonies religieuses ou à la présence dans les lieux de culte n’étaient pas claires. L’ambiguïté juridique a créé une incertitude pratique, entraînant des réactions excessives de la part des forces de sécurité.

La pandémie de Covid-19 a suscité un débat important dans le monde entier sur les implications de l’exagération législative, sur les droits fondamentaux de la personne humaine, dont le droit à la liberté religieuse, et sur la question de savoir si, dans certains cas, les gouvernements à la laïcité agressive sont suffisamment en mesure de discerner l’importance de ces droits.

SOURCES

[1] Address of His Holiness Pope Francis to the Members of the Diplomatic Corps Accredited to the Holy See, 8th February 2021; http://www.vatican.va/content/francesco/en/speeches/2021/february/documents/papa-francesco_20210208_corpo-diplomatico.html

[2] “Extremist Groups Stepping up Operations during the Covid-19 Outbreak in Sub-Saharan Africa”, Center for Strategic and International Studies, 1st May 2020; https://www.csis.org/analysis/extremist-groups-stepping-operations-during-covid-19-outbreak-sub-saharan-africa

[3] Ibid.

[4] “How Is Boko Haram Responding to Covid-19?”, by Audu Bulama Bukarti, Tony Blair Institute for Global Change, 20th May 2020;  https://institute.global/policy/how-boko-haram-responding-covid-19 (accessed 30th January 2021).

[5] “Corona als ‘Strafe Gottes für dekadenten Westen’”, by Johannes Dieterich, Der Standard, 16th April 2020;  https://www.derstandard.de/story/2000116913040/corona-als-strafe-gottes -fuer-dekadenten-westen (accessed 30th January 2021);  “ISIS tells its followers to show no mercy and launch attacks during coronavirus crisis amid fears counter-terror efforts will be weakened by the outbreak”, by Alice Cachia, Daily Mail, 2nd April 2020; https://www.dailymail.co.uk/news/article-8180683/ISIS-tells-followers-no-mercy-launch-attacks-coronavirus-crisis.html?ito=social-twitter_mailonline (accessed 30th January 2021).

[6] “Mali, der Terror im Sahel und Covid‑19. Das neue Bundeswehr-Mandat für die Beteiligung an MINUSMA”, by Wolf Kinzel, Stiftung Wissenschaft und Politik, 27th April 2020; https://www.swp-berlin.org/10.18449/2020A27/ (accessed 30th January 2021).

[7] “Burkina Faso: Entire towns and villages emptied or cut off – not because of COVID-19, but because of terrorism”, ACN International, 8th May 2020; https://acninternational.org/burkina-faso-entire-towns-and-villages-emptied-or-cut-off-not-because-of-covid-19-but-because-of-terrorism/ (accessed 30th January 2021).

[8] “How China’s Technocracy Uses the Pandemic to Suppress Religion”, by Heather Zeiger, Mind Matters News, 18th October 2020; https://mindmatters.ai/2020/10/how-chinas-technocracy-uses-the-pandemic-to-suppress-religion/ (accessed 30th January 2021).

[9] “Israel predicts rise in anti-Semitism, as virus-related hate is spread online”, The Times of Israel, 24th January 2021; https://www.timesofisrael.com/israel-predicts-rise-in-anti-semitism-as-virus-related-hate-is-spread-online/ (accessed 30th January 2021).

[10] “U.S. envoy calls out COVID-19 related harassment of minorities in India”, by Sriram Lakshman, The Hindu, 15th May 2020; https://www.thehindu.com/news/international/us-envoy-calls-out-harassment-of-minorities-in-india-over-covid-19/article31591566.ece (accessed 30th January 2021).

[11] “Hebei, Christians labelled ‘spreaders’. The return of Nero”, by Shan Ren Shen Fu, AsiaNews, 8th January 2021; http://www.asianews.it/news-en/Hebei,-Christians-labelled-%E2%80%98spreaders%E2%80%99.-The-return-of-Nero-52016.html (accessed 30th January 2021).

[12] “Niger: Coronavirus pandemic – Is there a danger of renewed anti-Christian riots, as happened after the ‘Charlie-Hebdo’ incident?”, ACN International, 5th May 2020; https://acninternational.org/niger-coronavirus-pandemic-is-there-a-danger-of-renewed-anti-christian-riots-as-happened-after-the-charlie-hebdo-incident/ (accessed 30th January 2021).

[13] “Attacks on Turkish Churches as Some Blame Christians for COVID-19”, Missions Box, 26th June 2020; https://missionsbox.org/press-releases/turkish-churches-attacked-as-christians-are-blamed-for-covid-19/ (accessed 30th January 2021).

[14] “Oppression of Egyptian Christians worsens during COVID-19 pandemic”, by Kevin Zeller, Mission Network News, 29th September 2020; https://www.mnnonline.org/news/oppression-of-egyptian-christians-worsens-during-covid-19/ (accessed 30th January 2021).

[15] “ACN reaches out to Pakistan’s Christians hit by Covid-19 crisis”, by Robin Gomes, Vatican News, 17th May 2020; https://www.vaticannews.va/en/church/news/2020-05/pakistan-covid19-lockdown-christians-discrimination-aid-acn.html (accessed 30th January 2021).

[16] “Cameroon Muslims Join Christians in Christmas Prayer for Peace”, by Moki Edwin Kindzeka, VOA News, 25th December 2020; https://www.voanews.com/africa/cameroon-muslims-join-christians-christmas-prayer-peace (accessed 30th January 2021).

[17] “Humanity and harmony in the time of Covid-19”, by Stephan Uttom/Rock Rozario, UCA News, 17th July 2020; https://www.ucanews.com/news/humanity-and-harmony-in-the-time-of-covid-19/88809 (accessed 30th January 2021).

[18] Office of the Religious Track of the Cyprus Peace Process, Monthly Archives June 2020, 11th June 2020; http://www.religioustrack.com/2020/06/ (accessed 30th January 2021).

[19] “Cuba #Coronavirus: Gobierno concede espacio radial y televisivo a la Iglesia”, by Alina Tufani, Vatican News, 1st April 2020; https://www.vaticannews.va/es/iglesia/news/2020-04/cuba-coronavirus-gobierno-concede-espacio-radial-tele-e-iglesia.html (accessed 30 th  January 2021).

[20] “Supreme Court says Nevada can impose tighter virus limits on churches than casinos”, by Richard Wolf, USA Today, 24th July 2020; https://eu.usatoday.com/story/news/politics/2020/07/24/supreme-court-nevada-covid-rules-can-favor-casinos-over-churches/5454128002/ (accessed 30th January 2021).

[21] “El arzobispado de Barcelona denunciará a la Generalitat por limitar a 10 personas el funeral por las víctimas del coronavirus”, by José Beltrán, Vida Nueva, 26th July 2020; https://www.vidanuevadigital.com/2020/07/26/el-arzobispado-de-barcelona-denunciara-a-la-generalitat-por-limitar-a-diez-personas-el-funeral-por-las-victimas-del-coronavirus/ (accessed 30th  January 2021).